Le Brexit et le secteur bancaire offshore au Royaume-Uni

Après le Grexit, voici maintenant le Brexit.

L'éventualité de la "sortie" de la Grande-Bretagne de l'Union européenne fait parler les Britanniques et toute autre personne dont les actifs sont placés au Royaume-Uni.

Bien que le résultat ne soit pas encore évident, les grands médias présentent plusieurs résultats de scénarios.

Que se passerait-il si la Grande-Bretagne quittait l'UE

De nombreux conseillers et analystes ont indiqué qu'il va y avoir des changements inévitables dans les affaires / finances / économie si la Grande-Bretagne quitte l'UE, par exemple:

  • - La perte potentielle de 45.000 emplois à Londres(y compris 1000 emplois dans la banque d'investissement de HSBC, déplaçant les opérations du Royaume-Uni vers la France.)
  • - Les clients des services financiers vont «fuir» pour des juridictions onshore UE, comme Francfort et au Luxembourg.
  • - L'économie britannique va peut-être subir un «choc»: La monnaie va se déprécier de manière significative, ce qui provoquerait la baisse des investissements directs étrangers, une hausse de l'inflation et, finalement, - la baisse des taux d'intérêts.
  • - La hausse des coûts - à savoir si les Britanniques se retirent de l'UE, il y aura la fin de l'ère des vols low-costs.

Cependant, par souci de ne pas choisir son camp n'importe comment, nous aimerions mettre en évidence ce que le Brexit signifie pour le secteur bancaire offshore, en particulier au Royaume-Uni.

Brexit: La disparition du secteur bancaire offshore au Royaume-Uni?

Alors que la «disparition» du secteur bancaire offshore est sans doute un terme fort à utiliser, il y a une tendance que le secteur aille dans cette direction, tôt ou tard.

Bien que la "disparition"ne soit pas amorcée par le Brexit, le retrait du Royaume-Uni va perturber les activités bancaires offshore encore plus. Comment ?

Autrefois considérée comme une juridiction qui offre de grands avantages pour les investisseurs étrangers souhaitant établir une présence au Royaume-Uni (lire: faibles impôts, nombreux traités bilatéraux et situation économique / politique stable), le Royaume-Uni est en train de «s'éloigner» du statut «offshore».

Bien que le secteur financier britannique est techniquement ouvert pour les résidents à la fois au Royaume-Uni et non britanniques, en pratique, les banques commencent à refuser des clients non-britanniques. Depuis quelques mois, nous avons constaté que l'ouverture d'un compte bancaire au Royaume-Uni est difficile pour les non-résidents au Royaume-Uni. Les banques refusent désormais d'ouvrir un compte si le directeur, actionnaire ou propriétaire bénéficiaire ne réside pas au Royaume-Uni.

Malgré le fait que les frais de création de société au Royaume-Uni aient chuté à 10 GBP - en dessous de la moyenne des pays industrialisés - les choses ne sont pas aussi simple pour les investisseurs étrangers, en effet.

Ces problématiques, ainsi que la rupture éventuelle confuse entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, va pousser les entreprises et les particuliers à reconsidérer leurs options. L'Irlande, l'île de Man, Jersey et d'autres juridictions voisines deviendront plus attrayantes pour les investisseurs et gestionnaires d'investissement.

Qu'est-ce que les impacts économiques potentiels du Brexit signifient pour le reste d'entre nous?

Alors que les sociétés, les entreprises et les gestionnaires d'investissement se préparent à quitter le Royaume-Uni, que devrait faire le reste d'entre nous qui voulons protéger nos actifs?

Si vous êtes titulaire d'un compte ou avez une présence commerciale au Royaume-Uni, vous pouvez consulter vos avocats et agents sur ce qu'il faut faire ensuite; voir s'il y a un changement dans les lois et règlements qui aura un impact sur vos actifs et projets d'affaires à long terme et décider de vos prochaines étapes.

Si vous envisagez de créer une entreprise au Royaume-Uni, vous allez vouloir y repenser; essayez l'Irlande, Jersey ou même d'autres juridictions de l'autre côté du monde, comme Hong Kong, Dubaï ou le Belize.

A retenir

L'impact du Brexit est non seulement ressenti par les résidents du Royaume-Uni, mais aussi par ceux qui établissent une présence commerciale ou protègent leurs actifs au Royaume-Uni. Il reste encore du chemin à faire, alors que les discussions du Brexit sont toujours en cours. Cependant, il est toujours bon d'être bien préparé avec vos décisions concernant vos actifs basés au Royaume-Uni.

Si vous étudiez toujours vos options, vous pouvez toujours nous consulter (entièrement gratuit) pour les recommandations et les informations internes sur une juridiction particulière.