La réputation est la monnaie de base des juridictions offshore

En opération de change, la monnaie de base est la première monnaie citée dans une paire de devises (par ex. Pour USD/JPY, USD est la monnaie de base et JPY est la monnaie cotée). Cependant cet article n’est pas à propos des opérations de change. A la place, nous allons expliquer l’importance de la réputation dans le milieu de l’offshore.

En fait, en investissement offshore et en protection d’actif, la “monnaie de base” c’est la réputation.

La réputation est (ou devrait être) la « monnaie » mentionnée en premier lieu pour les juridictions offshores. Pour chaque service offert par les juridictions offshores, la réputation est le facteur sous-jacent et primaire qu’entreprises et particuliers devraient considérer lors de leur décision quant à suivre ou non la voie de l’offshore.

Tout comme les opérations de change, les juridictions offshores rencontrent des fluctuations de leur réputation et de la confiance accordée, conséquences des lois et réglementations- y compris la suppression de la confidentialité des comptes bancaires offshores, les litiges et autres événements susceptibles de modifier la donne.

Nous avons découvert un supplément pertinent dans le Legal Week du mois d’Octobre 2015 qui relate des tendances offshores, des nouvelles réglementations ainsi que des juridictions offshores populaires et celles litigieuses – Dans l’ensemble, une mine d’information qui met en lumière la valeur de la réputation des centres financiers offshores.

Voici le document en PDF (et en anglais): http://www.legalweek.com/digital_assets/9272/LW_OffshoreSupp2015.pdf

Pourquoi une bonne réputation est importante

Catalogués comme « louches » ou « illégaux », les centres d’affaires/financiers internationaux situés dans des juridictions offshores doivent prouver au monde (et aux clients potentiels) qu'ils sont aussi légitimes qu'ils peuvent l’être. La meilleure façon de le faire est de démontrer la valeur de leur réputation.

Et en effet, c’est exactement ce qui est recherché par les clients, les juristes et les gestionnaires d’actifs.

Selon le rapport du Legal Week, les éléments phares pris en compte par les cabinets privés quand ils conseillent à leurs clients d’investir dans toute juridiction offshore, sont les suivants:

Comme vous pouvez le constater, la réputation globale se retrouve au sommet de la liste, avec 54%, suivi par des fournisseurs d’une bonne qualité de service, une gouvernance d’entreprise et un milieu réglementé.

Les gestionnaires d’actifs prennent en compte les mêmes critères:

La réputation globale, à nouveau au top de la liste, cette fois pour 60 %. Mais tout aussi important que la réputation, on trouve cette fois le milieu réglementé. Puis viennent la compatibilité avec les lois américaines/anglaises and ensuite, la gouvernance d’entreprises.

Que comprend la 'réputation globale'?

Dans les deux cas, la réputation globale se retrouve en tête de liste, ce qui indique qu’elle est un critère indispensable quand on considère les juridictions offshores - ce qui est logique: Vous ne voulez pas protéger votre actif dans des juridictions offshores douteuses, ce qui irait à l’encontre de l’objectif de partir sur l’offshore.

Ainsi, que comprend une ‘réputation globale'? Pratiquement toutes les préoccupations, en fait, ce qui comprend:

  • L’efficacité des centres offshores dans la mise en application des règles de lutte contre le blanchiment.
  • La clarté du régime fiscal
  • La situation et l’impliction de la juridiction dans les litiges offshores et autres problématiques
  • L’histoire du marché
  • La stabilité économique et politique
  • La sécurité juridique (pas de modifications fréquentes des lois et réglementations)

Quelle juridiction offshore?

According to the private practices and asset managers surveyed, Cayman Islands, Channel Islands, British Virgin Islands (BVI), Luxembourg, United Kingdom, and the up-and-coming Bermuda tops the list in various fund type and concern:

There is no one-size-fits-all approach in recommending the offshore jurisdiction for clients. The study reveals that 79 percent of asset managers will recommend different jurisdictions for specific investment products and funds. 94 percent of lawyers will do so, too.

A retenir

Pour résumer, une juridiction offshore est dite “honorable” et “de confiance” quand elle a une bonne réputation, des services clients remarquables, un antécédent impeccable dans la gouvernance d’entreprise, et des lois locales qui attire les investisseurs étrangers.

Parmi d’autres, la réputation est la préoccupation majeure pour les services privés offshores, les gestionnaires d’actifs et les juristes pour une raison simple: vous ne voulez pas conseiller des produits, services et marchés offshores qui pourraient éventuellement mettre vos clients dans l’erreur.

Aussi, comme chaque juridiction offshore a son propre lot d’avantages et inconvénients, les spécialistes offshores feront des recommandations personnalisées sur les juridictions offshores qui pourront servir au mieux les intérêts des clients.

Tout compte fait, malgré le fait que les juridictions offshores subissent une pression lourde de la Norme Commune de Déclaration de l’OCDE, de la FATCA, de l’AIFMD et autres réglementation, les juridictions offshores de bonne réputation continuent d’offrir des services qui défient leurs homologues onshores tout en attirant des clients qui pensent à juste titre que l’offshore est la destination à suivre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’importance de la réputation de l’offshore, contactez-nous.