Top 5 des juridictions offshores en Asie

L'Asie, en particulier l'Asie centrale, est dite comme étant la destination émergente pour la création de sociétés offshores et les services bancaires offshores - grâce au contrôle en cours des principaux "paradis fiscaux", comme la Suisse. Alors que les économistes indiquent que le transfert des richesses de l'Occident vers l'Orient est en cours à l'heure actuelle, les banques de la région sont plus que prêtes à conquérir de nouveaux clients des États-Unis et de d'autres régions.

En ce qui concerne les activités bancaires offshore et la création d'entreprises en Asie, il y a deux noms qui arrivent toujours en tête de liste: Hong Kong et Singapour. Ces deux juridictions sont plus que dignes de faire la liste, mais il y a d'autres régions dont les investisseurs devraient en savoir plus.

Cet article va faire la lumière sur le top des juridictions offshore en Asie pour aider les investisseurs à considérer leurs options.

Hong Kong

Hong Kong a toujours été le favori quand il s'agît de l'établissement d'un siège. En tant que centre financier de première catégorie avec un environnement politique stable, Hong Kong offre plus qu'un faible taux d'imposition des sociétés (à 16,5 %): Une réputation.

Financièrement parlant, les banques de Hong Kong sont connues pour faire partie des meilleures banques offshore du monde. En revanche, elles n'ont pas vraiment besoin de votre argent. En outre, en raison de la pression pour la transparence fiscale, elles sont maintenant plus strictes que jamais sur l'ouverture de compte bancaire pour un non-résident. Selon le montant de la somme d'argent comme dépôts initiaux, les clients sont automatiquement classés en un certain groupe (lire: niveau de richesse).

Si vous avez une quantité limitée d'argent à investir, il est préférable pour vous de créer une société à Hong Kong et d'avoir vos services bancaires ailleurs - Panama, Chypre, St. Vincent, etc...

Singapour

Tout comme Hong Kong, Singapour a réussi à s'imposer comme un centre financier de première catégorie avec un fort secteur d'affaires/finances ainsi qu'une économie et un environnement politique stables. Toujours comme Hong Kong, il n'est pas populairement connu comme paradis fiscal; Toutefois, avec un taux d'imposition des sociétés de 17%, c'est considérablement plus faible que d'autres pays, par exemple, aux États-Unis (39%) et en France (34,4 %).

Dans le secteur bancaire, Singapour est ouvert aux titulaires d'un compte non-résidents. Cependant, comme toutes les autres juridictions populaires bancaires offshore, Singapour est en train de devenir progressivement plus stricte que jamais - «grâce» à la pression des pays voisins.

Malaisie (Labuan)

La Malaisie n'est pas généralement connue comme paradis fiscal, mais Labuan, un territoire fédéral de la Malaisie, est en effet un paradis fiscal. Il a été désigné par le gouvernement malaisien comme centre financier international en 1990.

Avec 3% d'impôt sur les sociétés, la création d'une société à Labuan est très attrayante. Tout comme la plupart des autres paradis fiscaux, Labuan ne taxe pas les revenus générés en dehors de la juridiction.

Bahreïn

Situé dans le golfe Persique, c'est en fait un pays du continent asiatique. Son manque de réserves de pétrole l'a contraint de trouver un autre secteur de production de revenus, à savoir le secteur des services financiers. Alors que la formation d'une société à Bahreïn est coûteuse, son impôt sur les sociétés à zéro est attrayant pour les investisseurs et les propriétaires d'entreprises.

Pour le secteur bancaire, Bahreïn n'est pas communément connu comme une destination bancaire offshore. En particulier en raison de ses exigences strictes envers les non-résidents, disons simplement que les services bancaires offshore sont limitiés pour la région.

Qatar

Tout comme le Bahreïn, le Qatar est entouré par le golfe Persique, et est un pays du continent Asiatique. Et tout comme Bahreïn, le Qatar est attrayant, fiscalement parlant. Avec un impôt sur les sociétés de 10 %, c'est parmi les plus bas du monde.

Le point fort du Qatar est le secteur bancaire: Il a une forte confidentialité, et il s'ouvre progressivement aux investisseurs internationaux. Peut-être que l'inconvénient peut faire faire un blocage: Bien qu'elle soit économiquement et financièrement solide, la juridiction a une réputation inférieure à la normale en matière de droits de l'homme, ce qui devrait être pris en compte si votre plan pour vos actifs comprend de partir au Qatar comme expatrié.

A retenir

Comme vous l'avez appris dans la liste ci-dessus, à l'exception de Hong Kong et de Singapour, les autres juridictions offshore du continent asiatique ont beaucoup à faire pour se rattraper. L'Indonésie, par exemple, taxe progressivement les entreprises jusqu'à un faible 20-25 %. Cependant, la bureaucratie et l'environnement politique quelque peu instable ont fait fuir les investisseurs. La Thaïlande est assez similaire. Les règles et réglementations changent rapidement - donc, peut-être y aura-t-il de nouvelles juridictions émergentes offshore (peut-être la Chine L'île de Yongxing?) qui va rejoindre les juridictions populaires? L'avenir nous le dira.

Une chose est sûre, vous devez faire votre diligence requise. Renseignez-vous sur les juridictions, et si vous n'êtes pas sûr de ce qu'il faut faire, comme toujours, vous devriez consulter votre avocat de confiance. Nous pouvons également aider à faire le tri pour vous - contactez-nous.